Intention de prière

Chères lectrices,

Ce blog n’a pas vocation à commenter l’actualité. Cependant, suite aux attentats qui ont touché Paris, nul doute que nos cœurs de femmes – que nous soyons mères, épouses, filles ou sœurs – ont été touchés, émus ou blessés.

Diverses réactions ont fleuri dans la presse et sur les réseaux sociaux et il nous semble tout à fait approprié d’encourager ici une initiative ambitieuse qui correspond au message que nous cherchons à faire passer.

Il s’agit d’une démarche simple : « adopter spirituellement un soldat de Daesh et prier pour sa conversion », en offrant pour cela tout ce que vous pourrez, chacun selon sa capacité.

Alors si vous voulez toujours changer le monde, utiliser tous les moyens en votre pouvoir pour cela, sans vous laisser apeurer et en participant à un mouvement de grande ampleur, cliquez ici !

A bientôt,

les filles du Roi.

 

Publicités

Changer le monde

Nous lisons tous les jours dans la presse ce dont est formé le monde qui nous entoure ; guerres, violences, inégalités, chômage, pauvreté, maladies incurables, réchauffement climatique, crises en tous genre (économie, logement, société, etc.). Comment ne pas être déprimés voire suicidaires en refermant les pages d’un journal ou en éteignant le poste de télévision?

Nous sommes loin de rêver de vivre dans un champ d’arc en ciels au milieu de licornes mais il nous semble que ces évènements dont nous prenons connaissance au quotidien forment nos pensées, ou plutôt les déforment.

C’est la crise/C’est la guerre/C’est la catastrophe. Bien. Et alors, que fait-on? Que fait-on pour sauver ce pauvre monde ? Pour résister face à ce flot de problèmes très divers et très variés? Par où commencer?

Prendre le parti de ne pas avoir de télévision chez soi et de ne plus ouvrir de journal peut être reposant mais est loin d’être suffisant ; non seulement parce que l’information continuera d’arriver malgré ces mesures de précaution, mais encore parce que s’isoler ne peut pas être un but en soi.

Demandons nous donc d’abord ce que nous voulons pour cette Terre ? Pour les gens qui nous entourent ? pour cette société qui est la nôtre ? Que voudrions nous voir émerger à la place de ces guerres, violences, etc. ? Puisque « la nature a horreur du vide », il nous faut remplacer tout cela par autre chose ! Le pape saint Pie X disait « la force des mauvais, c’est la lâcheté et la faiblesse des bons ». Que pouvons nous faire pour changer les choses ?

– « Quel est le plus grand des commandements ? » demanda-t-on un jour à Jésus

– « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit » répondit-il. Puis il ajouta « Mais le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

Ainsi, l’amour de Dieu et l’amour du prochain sont extrêmement liés. C’est le même précepte qui est véhiculé dans la parabole du Bon Samaritain, enseignée par Jésus ; Le Bon Samaritain, rencontrant au bord du chemin un homme qui avait été détroussé et frappé par des brigands, l’emmena avec lui jusqu’à une auberge où il lui fit prodiguer des soins et de la nourriture.

Le catéchisme de l’Eglise Catholique définit les oeuvres par lesquelles nous pouvons secourir les besoins corporels ou spirituels du prochain, ce sont les Oeuvres de miséricorde

Le mot Miséricorde vient du latin Miseri Cor Dare = Donner son coeur aux miséreux

Il s’agit donc de Donner, ou plutôt Se donner, par le coeur, à tous ceux qui en ont besoin.

Oeuvres de miséricorde corporelle

  1. Donner à manger à ceux qui ont faim
  2. Donner à boire à ceux qui ont soif
  3. Vêtir ceux qui sont nus
  4. Abriter les étrangers
  5. Soigner les malades
  6. Visiter les prisonniers
  7. Ensevelir les morts

Oeuvres de miséricorde spirituelle

  1. Conseiller ceux qui en ont besoin
  2. Instruire les ignorants
  3. Exhorter les pêcheurs
  4. Consoler les affligés
  5. Pardonner les offenses
  6. Supporter patiemment les personnes ennuyeuses
  7. Prier Dieu pour les vivants et pour les morts

Voici donc le programme qu’il nous est proposé de suivre dans le but très simple mais ambitieux de changer le monde !

Le catéchisme précise qu’il nous sera demandé un compte particulier de ces oeuvres au jour du Jugement alors faisons d’une pierre, deux coups, et chacune selon nos moyens, apportons nos petites pierres à cet édifice.

filles du Roi

diadème

Qu’est-ce qu’une fille de roi sinon une princesse ? Combien de petites filles ont rêvé d’être, ne serait-ce que pour un instant, une princesse ? Et combien parmi elles ont abandonné ce rêve ?

Dans une biographie romancée de saint Ignace de Loyola[1], l’auteur raconte la conversion du saint. Elle imagine un dialogue entre ce jeune chevalier de la cour du roi Charles Quint, résolu à tout abandonner pour devenir un saint, et le diable :

« – Tu n’es qu’un orgueilleux, souffle-t-il maintenant à l’oreille du jeune homme. Tu veux devenir un saint ? Quelle exigence ! Un saint… il ne te faut rien de moins. Vanité, amour propre, désir de briller d’une autre manière, voilà ce qui t’inspire.

– Cette inspiration vient de Dieu, j’en suis persuadé, réplique Ignace.

– Elle vient de ta présomption, sans aucun doute.

– Nenni ! C’est Dieu qui me suggère cette noble ambition.

Chevalier du roi, n’est-ce pas déjà une noble carrière ?

– Je serai, désormais, chevalier du Roi »

Dans ce passage, l’inversion d’une majuscule suffit à changer la vie d’un homme. Il choisit de laisser sa place à la cour, la gloire et les honneurs qui s’y attachent pour suivre une nouvelle voie dans laquelle il s’apprête à suivre le plus grand des rois.

Au XVIIème siècle, le roi Louis XIV, agissant en qualité de tuteur, offrait une dot (draps, meubles, argent,…) à des jeunes filles, la plupart d’origine modeste, pour leur permettre de se marier et démarrer une nouvelle vie dans la colonie française d’Amérique de la Nouvelle-France. On a surnommé ces jeunes filles les « Filles du roi »

Aujourd’hui et à chaque instant, ce n’est pas un roi terrestre mais Dieu lui-même, Roi des rois, notre Père du ciel, qui offre à chacune d’entre nous, ses filles, non pas de l’argent ou des objets mais ses dons, temporels et spirituels, ainsi que les grâces nécessaires pour les faire fructifier, nous guider dans l’aventure de cette vie terrestre et nous conduire à la Vie éternelle.

Cependant, il ne veut rien accomplir en nous sans que nous le voulions aussi alors pourquoi ne pas réévaluer nos ambitions à l’exemple de saint Ignace? Pourquoi ne pas transformer un rêve d’enfant, celui d’être les « Filles du roi » en une réalité bien plus élevée, celle de devenir les « filles du Roi » ?

Nul besoin de tout quitter ou d’embarquer pour un autre continent, simplement de réaliser notre valeur, non pas en fonction de critères matériels éphémères mais au regard de la dignité attachée à notre nature humaine, telle que Dieu la voit, « parce que tu as du prix à mes yeux, que tu as de la valeur et que je t’aime » (Isaïe, 43:4)

[1] CLEMENT Béatrice, Chevalier du Roi, Clovis, 1999

Ton premier amour

 par Bobby Blood

lys

Tu es Mon lys parmi les épines.

Je t’ai créée. Moi, l’amour, je t’ai créée. Ma chère fille, je veux que tu saches combien je t’aime. Cet amour dont je parle ne flétrit pas, et tu peux compter sur le fait que je pense à toi, à chaque instant. Pourquoi ? Tu me rends heureux. Je sais que tu fais des erreurs mais je t’ai vu te redresser vers moi encore et encore. N’aie pas peur de t’accrocher à moi quand tu tombes. Je te tiendrai fermement et te protégerai. Tu es forte. Tu es belle. Tu es à moi.

J’ai des plans parfaits pour toi.

Au milieu des difficultés de la vie, j’ai une mission pour toi. Une mission pour laquelle je ne me fie qu’à toi. Je l’ai écrite dans les désirs de ton cœur. Quand ce sera le moment, ton cœur s’embrasera d’une façon particulière et tu porteras beaucoup de responsabilités. Je vois les grands poids que tu portes pour le bien de Mon royaume, ils deviendront plus grands encore, et Mon amour aussi.

Tu amèneras beaucoup de gens à moi. Quand tu souris, je souris. Ta joie reflète Ma joie et Ma chère fille, cela incitera beaucoup de gens à me chercher en toi. Chaque jour tu me rappelles pourquoi j’ai porté cette croix. Je veux te voir au ciel pour l’éternité. Je veux t’aimer d’une façon que tu ne peux pas encore imaginer. Je veux que tu amènes beaucoup d’âmes avec toi. Tu as déjà fait grandir mon Eglise par ton existence.

Je partagerai ton cœur avec un autre.

Je t’aime et tu es à moi. Cependant, j’ai fait tes frères forts. Je leur demande chaque jour de me donner leur cœur pour être purifiés, afin qu’ils soient plus dignes d’être offerts pour toi. Ils feront des erreurs ; ils aimeront peu, mais ils essaient de montrer de l’amour à ma plus grande création, toi. Ne perds pas foi en eux car je travaille jour et nuit à rendre l’homme avec qui tu partageras ta vie saint et vertueux. Ne perds pas espoir.

Depuis le début des temps je t’ai aimée. Cet amour ne cessera jamais.

Dieu, ton Père.

P.S. Tu es assez.

Cet article est paru en anglais, sur le blog Made in His Image, le 17 septembre 2014.